En échange avec BFM TV, Patrick Bruel a tiré la sonnette d’alarme contre une ordure, un fichu virus qui a chamboulé son quotidien pendant plusieurs semaines durant le premier confinement.

« Faites gaffe, parce que c’est une saleté, moi, j’essaye de minimiser par rapport à ce qui m’est arrivé, en rapport aux gens à qui est arrivé, une vraie tragédie », a averti le chanteur de 61 ans sur le plateau de BFM TV, où il s’agit de la façon dont il a composé avec le Covid-19, qu’il a attrapé. Il en a souffert à mort.

En fait, si Patrick Bruel tente de dédramatiser la gravité de son état, c’est qu’il y a des gens qui ont connu le pire.

Ce fichu virus a tué plus de 55000 victimes en France, d’autres « qui ont beaucoup de mal à se relever et tout ça ». « J’ai eu la chance d’être suivi par un médecin de ville. Moi j’avais en ligne mon médecin de ville en permanence, et ça m’a beaucoup servi. Parce que je posais des bonnes questions, il me donnait des réponses rassurantes », ajoute-t-il. Et de terminer : Il ne vaut mieux pas l’attraper, c’est certain ».

Par ailleurs, sur Instagram, Patrick Bruel avait donné sa solution miracle, en plus des médicaments, pour mettre fin définitivement du Covid-19. En fait, il s’agit des tisanes de thym, plante célèbre pour ses propriétés antiseptique, antibiotique, anti-infectieux et antibactérien majeur.

« Ma tisane de thym est toujours là… je ne sais pas si c’est ça qui m’a sauvé », livrait Patrick Bruel, qui faisait la Une de Public, qui publiait des clichés où on l’on aperçoit avec des amis à une soirée parisienne.