Alors qu’il serait enfin heureux aux côté d’une belle blonde du nom de Pauline, avec qui il se baladait la semaine dernière dans les ruelles de Paris, Nicolas Bedos semble contrarié à nouveau par une décision du Président de la République.

Un couvre-feu sera instauré dans les jours à venir et qui pourra durer jusqu’au 1er décembre.

A compter du samedi prochain, en Île-de-France, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Toulouse, St-Etienne, Rouen, Grenoble et Lille : les commerces, restaurants, théâtres et bars devront fermer leurs portes à 21 heures et pas une minute de plus.

Nicolas Bedos, désabusé par une telle décision, se confie sur une publication partagée sur sa page Instagram.

« Quelques petites minutes, il a pris pour nous dire que la plupart de nos loisirs (à commencer par la culture) étaient interrompus » explique-t-il dans un premier lieu.

Pas plus tard que quelques jours, le fils de Guy Bedos contestait également la décision de fermer les bars à 22 heures encourageant les Français à tous baisser leurs masques :

une décision plutôt imprudente.

« Bon, allez, soyons francs : Arrêtez tout. TOUT. Les masques. Les confinements.

Excepté face à vos parents très fragiles (quand ils le souhaitent, ce qui n’était pas le cas de mon père, meurtri à mort d’être privé de notre amour) » aurait-il ajouté.

« Vivez à fond, tombez malades, allez aux restaurants, engueulez les flicaillons, contredisez vos patrons et les lâches directives gouvernementales. Nous devons désormais vivre, quitte à mourir (nos aînés ont besoin de notre tendresse davantage que de nos précautions). On arrête d’arrêter. On vit. On aime. On a de la fièvre. On avance. On se retire de la zone grise. Ce n’est pas la couleur de nos cœurs » finit-il par conclure.