2020, son année de règne, période frappée par le coronavirus, n’a pas été calme pour Clémence Botino, 24 ans. En fait, la ravissante brune a eu le sentiment que quelqu’un lui avait ensorcelé.

Cependant, elle évoque dans les colonnes du Parisien, où elle souligne avoir multiplié le confinement avec l’incendie qui a détruit l’immeuble dans lequel elle logeait. « J’ai passé le confinement dans ma famille en Guadeloupe. Je suis rentrée le 11 mai à Paris, et il y a eu l’incendie début juillet », s’est livrée Clémence Botino, qui s’attendait ensuite à pire de scénarios. Un moment, elle pensait qu’un mauvais sort lui avait été jeté.

« En Guadeloupe, on est superstitieux, et je me suis dit ; Maman, aide-moi ! », a blagué la Guadeloupéenne. Au finish, elle s’est apaisée, car les six mois suivants, c’était plus rassurant.

« J’ai donné beaucoup de moi-même pour m’adapter à la situation. Personne ne m’a dit tu fais ça, tu fais ci… J’ai tenu une chronique de dix minutes sur des destins hors du commun de personnages âgées (NDLR : sur une radio locale en Guadeloupe). Je le répète une dernière fois : arrêtez de dire que j’ai raté mon année ».